Préambule:

Le logiciel Denis-Draw, permet de dessiner avec la souris ce qui n'est pas simple. Les nombreuses fonctions associées aux outils sont alors présentées dans un menu les présentant selon les mêmes principes que les logiciels Macintoch d'Apple.

Il (le logiciel) était écrit avec le compilateur Borland-Turbo-Pascal pour WindowTM qui se compose de plus de 164.000 lignes de code-source avec 5.291.503 caractères et forme un ensemble cohérent.

Ce même logiciel, Denis-Draw réécrit exclusivement par son même auteur avec le compilateur Borland-Delphi-7, se compose désormais de plus de 453.000 lignes de code-source avec 20.904.957 caractères que j'ai écrit et qui permet *1 de concevoir ces dessins comme sur les images sous-jacentes.

Les outils de dessin sont différenciés dans une boîte flottante et sont à sélectionner les uns parmis les autres si vous cliquez avec le bouton gauche, alors que le bouton droit affiche des boîtes de dialogue pour afficher leurs options (signalées par un triangle rouge).

Ce logiciel interactif interpréte les mouvements de la souris en analysant les messages de position qu'elle envoie (la souris) lors de son déplacement dans les différentes fenêtres du logiciel.

Si Windows se nomme ainsi (fenêtre en français) c'est pour avoir «dispaché» les applications, programme ou logiciel dans différentes parties de l'écran. Et elle-même, ces applications déclarent (avec la fonction CreateWindow) le rôle, la position et l'affichage de chacune d'elle.

De même, Denis-Draw, dispose chaque partie selon ces préceptes (ce qui est toujours venu après l'art (VOLTAIRE)).

Non seulement Denis-draw, vous permet de dessiner mais sa conception permet de disposer sur une page A5-A4-A3 comme sur votre imprimante ou tabloïde comme dans les journaux (portrait ou paysage) des images, il agit alors comme un bac à images. Ce «conteneur» affiche ce que vous dessinez, déplacez ou ajoutez avec la commade ouvrir une image comme les JPEG utilisé en photographie.

Au début, seules quelques fonctions étaient disponibles, depuis lors, la version 4 dispose de paramètrage sur presque chacun d'eux. Qui sont plutôt orientées vers le dessin d'ou le suffixe Draw sans délaisser les effets sur le texte avec les projections réglables.

L'outil le plus intelligent, est représenté par une fléche, qui permet la sélection, la recherche multi-calque depuis la version 4.5 et le déplacement des éléments de dessin comme des blocs mais aussi de chacun des points de contrôle de chemin un par un. L'agrandisement proportionnel ou pas. Il semblerait que celà soit XEROX qui à eu cette idée que l'on retrouve sur toutes les interfaces à souris.

  1.  *1 Exception faite des modules de lecture des images jpeg & png ainsi que celui de connection et d'envoie sur Ftp sur internet et celui de lecture des informations Exif.
  2.  *2 Cependant le module de publication qui utilise le protocole FTP, fût écrit par moi-même l'auteur, dans les bureaux de l'association multimédia Bandimage à Bourges.
  3.  *3 De plus le module d'extraction des PNG transparent fût écrit aussi par moi-même l'auteur rue Taille Grain afin de recouvrir deux images l'une de verte l'autre de bleu, quand ces deux couleurs coïncident et demeurent inchangés le pixel résultant est transparent.
  4.  *4 Imaginez vous filmait un présentateur sur fond Vert, il ne peut alors pas porter de cravate verte elle seraît transparente, idem pour le bleu, avec mon procédé c'est possible : réfléchissez bien.

Why do you need
a image vector processing's tool ?
Style Esher Fish par Denis Bertin.